Te Beiyo fait fondre Austerlitz

Les vacances scolaires n'auront pas effleuré une gare d'Austerlitz toute ouïe pour les chansons teintées de douceur de Te Beiyo... Mais alors, qui est Te Beiyo ? Une voix puissante, un chant d’ailleurs aux langues mêlées, un appel au monde pour tenir debout…Entre l’engagement de Tracy Chapman, la tendresse sensuelle d’Ayo et les envolées mélancoliques de Lhasa, Te Beiyo invite à la lumière de lendemains plus doux. Seule avec sa guitare et ses ukulélés, elle nous entraîne, nous envoûte, à coup de caresses arpégées et souffle d'énergie brute et solaire.Strasbourgeoise d'origine martiniquaise, Te Beiyo est suivie de près en Île de France : résidences à l’Odéon de Tremblay, au Forum de Vauréal, à Canal 93, dispositifs d’accompagnement du Combo 95 et de la Manufacture Chanson. De belles salles et productions (Alias) lui ont fait confiance : les Trois Baudets, le Point Ephémère, le Petit Bain, La Cave (Argenteuil), le Hangar (Ivry), File 7 (Seine et Marne)… Et d’autres horizons s’offrent à elle, Strasbourg, Annecy, Lille, Bruxelles, le Vercors Music Festival.Récemment, on a pu la voir en première partie d’artistes tels que Tété, Jehro, Piers Faccini et Hurray for the Riff Raff. Une artiste a suivre de très très près !

Lockless reprend les grands classiques de la musique Americaine et Anglaise, de la soul, en passant par le reggae, mais aussi la pop ou le funk, toutes époques confondues.


Lockless joue des titres que tout le monde connait, et qui touchera toutes les générations.


Interprété par un chanteur Anglophone, l'immersion est instantanée, mais aussi grâce au solide groove du basse/batterie mais aussi les solos de saxophone et de guitare.


Ils nuancent le set et l'adaptent , qu'il s'agisse d'ambiancer un cocktail ou de faire danser le public.