• LPE

Anton à Boulogne !

Review Concert Collège Jacqueline Auriol, Boulogne, 31/03/22

Ce jeudi 31 mars, les élèves du collège Jacqueline Auriol étaient aux anges, Anton [Candidat à the Voice 2019] est venu avec sa guitare pour un concert plein de bonne humeur et d’énergie, mêlant reprises et chansons originales. Le gymnase, transformé en salle de concert pour l’occasion, a été le théâtre d’un spectacle musical interactif, construit au gré des envies des adolescents. La barrière artiste/ spectateur a même été brisée puisque certains élèves se sont lever pour danser devant leurs camarades. Ce moment de partage a signé le retour de la musique dans ce collège qui en était privé depuis le début de la crise sanitaire.



Bonjour Anton ! Comment as-tu vécu ton concert au collège Jaqueline Auriol ? Sacrée audience, n’est-ce pas ?

Bonjour ! C’était mouvementé… C’est-à-dire que j’avais prévu un set et je n’ai même pas du en faire la moitié. Ensuite, c’était Freestyle : ils dansaient… J’ai essayé de m’adapter, de faire quelque chose pour eux, ne pas leur imposer qu’ils n’ont pas envie d’écouter, ce que je comprends totalement.


Et le côté interactif, ça t’a plu ?

A fond ! C’était marrant. C’est un public particulier : des jeunes au collège. Pas simple à canaliser. J’ai choisi d’aller dans leur sens.


Comment définirais-tu ton univers musical ?

Mon univers est très pop, dans tous les sens du terme ! Il peut tirer vers des choses un peu plus guitaristique mais aussi vers des sonorités plus urbaines, car c’est un peu la couleur actuelle (surtout au niveau des beats). Cela reste quelque chose d’assez édulcoré, avec beaucoup d’amour.


Ton style a-t-il évolué ?

Oui, surtout la forme. Ça a commencé quand je me suis mis à faire de la musique avec d’autres. Quand tu es seul, tu fais ce que tu veux, avec peu de moyen. Quand tu commences à travailler avec d’autres personnes : elles ont leur mot à dire sur ce que tu fais. Si elles sont bienveillantes, elles te font grandir.


Nous avons eu la chance de t’entendre chanter en anglais, en français, en espagnol… En quelle langue préfères-tu écrire ?

J’écoute en majorité des musiques en anglais. Pas mal d’espagnol aussi : ma chérie vivant là-bas, j’y passe pas mal de temps. Je n’écoute pas beaucoup de chansons françaises mais je compose presque uniquement en français. J’ai écrit une chanson ou deux en anglais et en espagnol. Mais le français est ma langue maternelle, je pense en français (…) c’est très dur de passer outre. Pour bien retranscrire ce que j’ai en tête, cela doit passer par cette langue.


Peux-tu nous parler un petit peu de ton parcours ?

Mon parcours a été joyeux ! J’ai toujours fait de la musique. Au lycée, j’avais des groupes mais ce n’était pas très sérieux. Ensuite, j’ai été étudiant, je n’ai pas été très heureux pendant cette période, je ne me sentais pas à ma place. Quand, j’ai décidé de me lancer dans la musique, j’ai la chance d’avoir des parents qui me soutiennent à la fois financièrement et moralement. J’ai fait l’école Music Academy International, ça m’a permit de rencontrer pleins de jeunes musiciens. Après, j’ai eu de la chance : j’ai enchaîné avec The Voice, je n’ai pas marqué l’émission mais cela m’a permit de rentrer dans la « sphère The Voice » et de nouer des contacts. Grâce à cela, je vis principalement de spectacles musicaux (et un peu de soirée privées)


Quels sont tes projets ?

Je fais partie d’une comédie musicale, Don Juan. Ce projet a été suspendu à cause du covid mais il se remet en marche. Nous étions sensé nous produire en Russie fin mai, mais cette partie de la tournée a été annulée (...) Ce projet semble un peu maudit mais j’ai vraiment hâte de la faire. J’ai aussi deux spectacles de danse prévus en Espagne. Ensuite, j’ai un premier single qui devrait bientôt sortir, même si je n’ai pas encore de date exacte. En tout cas, c’est prévu pour cette année.

4 vues0 commentaire